Nettoyages de printemps

Bon, j’ai un énorme désir d’écrire, ce n’est plus contestable. J’ai aussi du plaisir à le faire, c’est évident. Alors pourquoi, pourquoi diable je ne peux pas juste tout simplement m’y mettre?! J’ai envie d’écrire une histoire, non des histoires. J’ai envie de créer des personnages, de les faire danser ensemble, de les nouer, les dénouer, les intriguer. Mais pour qu’ils se lèvent et prennent vie faudrait-il encore que je m’assoie et casse le rythme inutilement frénétique et frénétiquement inutile de la mienne.

Au lieu de cela je suis juste là, à faire tout sauf. Il y a toujours quelque chose de plus pressant: faire les courses, préparer des muffins, regarder mon compte Facebook, sortir le chien, manger un truc, regarder mon compte Facebook, chercher un job, constater que ah non en fait je ne veux pas de job, consulter mon compte Linkedin, me rappeler que ah non je ne veux pas de job, checker mon email 17 fois par jour, 17 étant également le nombre d’emails non lus dans ma boîte mail parce que je sais que je dois y répondre et je n’ai pas envie, soupirer, manger un truc, puis recommencer. A l’infini. C’est déprimant. Et d’autant plus déconcertant que je n’ai jamais été de nature à remettre les choses à demain. Tout le contraire d’ailleurs. Je me suis toujours connue de nature à me jeter sur les tâches de ma liste ¨à faire¨ comme une femme enceinte et affamée se jetterait sur un plat de fraises. Sans retenue, goulûment, sans l’apprécier. Pendant des années j’ai mangé de la tâche au petit déjeuner, sans égard pour la question de savoir si elle était urgente ou non, si elle était importante ou non, s’il me plaisait de l’entreprendre ou non. Et me voilà incapable de me mettre à une tâche qui me fait plaisir. Allez comprendre.

Il faut dire que j’ai jeté l’éponge en même temps que le job, que l’envie de travailler — également peu caractéristique de ma personne jusqu’ici -, que mes ambitions de faire une carrière dans une ¨boîte¨ et que mes listes ¨à faire¨. Je flotte depuis presque quatre mois sans repère et sans but. Sans raison d’être. On pourrait se demander au diable pourquoi quelqu’un comme moi, qui met un point d’honneur à se distancier des indicateurs comme salaire, titre, marques portées, est si perdue à un moment de liberté et de distanciation totales. Là ne sera pas la question du jour. Ma question du jour est: comment Ninie a passé de mangeuse de tâches au kilomètre à Miss Remet à demain, ou à jamais. Et question enquête policière on va rentrer bredouille parce que je n’ai pas le commencement du début d’un indice. Par contre comme tout bon polar je vais prendre la résolution de l’action, mettre en place un programme d’exécution qui se tient et que je tiens pour m’aider à passer sur l’autre rive. Celle où on ne mange pas les ¨à faire¨ au petit déj’ mais les mots, histoires et personnages de roman, avec un plat de fraise en accompagnement.

Pour commencer, me débarrasser de ce fichu je ne sais quoi, pas celui des anglophones mais celui qui me colle au corps et me cloue chez moi depuis une semaine. C’est affligeant. Continuer par du yoga. Non mais vraiment. Il y a un studio à deux pas et c’est juste nul de s’en priver sous prétexte que j’ai déjà un ¨package¨ de 10 leçons en cours dans un studio à l’autre bout de Londres (tout est toujours à l’autre bout, à Londres). On verra un autre jour pour l’optimisation et les économies. Reprendre ma semaine 5 du Artist’s Way là où je l’ai laissée. Et enfin m’asseoir chaque jour et juste écrire des bouts d’histoire. On s’en fout si c’est bien ou pas, si c’est nul ou pas, si on s’ennuie ou pas, mais il faut bien commencer quelque part non d’un petit bonhomme en bois. Voici donc les résolutions d’avril. Parce que les résolutions de janvier c’est la barbe et c’est d’un commun mortel, et qu’avril est un bon mois pour les grands nettoyages de petites habitudes déplacées. Adieu Facebook, adieu Linkedin, à moi l’autre rive et les fraises.

Image: Pexels 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s