Parole parole parole

J’aime apprendre et parler les langues étrangères. Premièrement parce qu’il paraîtrait que cela tient Alzheimer à distance. Plus sérieusement, le fait d’entrer dans une autre culture par la langue n’a rien de comparable à mon sens.

A travers une langue on voit un nouveau monde s’ouvrir, une façon de penser, de comprendre et de voir la vie. Soudain on perçoit que notre rapport au temps, au climat, aux gens, aux couleurs, aux textures, aux odeurs, aux goûts n’en est qu’un parmi tant d’autres.

Un voile de lucidité se lève quand on réalise que certains mots ne sont pas traduisibles dans la langue que l’on essaie de parler, lorsque l’on découvre de nouveaux concepts qui n’existent pas dans notre langue, ou quand on s’aperçoit que deux choses séparées à notre sens sont décrites par un seul et même mot dans une autre langue.

Certaines offriraient plus de 50 mots différents pour décrire la neige, d’autres des mots intraduisibles pour décrire des goûts inconnus dans nos contrées, pour d’autres encore les mêmes sons ont plusieurs significations complètement différentes suivant le contexte. La seule limite semble être la réalité telle que vécue par un groupe de personne. Je trouve cela fascinant. Et c’est sans même parler de toutes les expressions imagées dans chaque langue et qui font rêver.

En portugais les verbes explorer et exploiter ne sont qu’un seul et même mot: explorar. Je trouve cela d’autant plus intéressant à la lumière de leur passé de conquistadors.

En plus romantique, saudade et ter saudade décrit une tristesse qui nous envahit lorsque quelqu’un, ou quelque chose nous manque. C’est comme de la nostalgie mais en plus poignant. Pour comprendre ce sentiment je crois que le mieux est d’observer une personne de nationalité portugaise lorsqu’elle écoute un Fado, cette musique populaire qui se mourrait si elle était aux mains d’un peuple moins averti; mais qui perdure pour le plaisir des Portugais – jeunes et vieux – et le nôtre.
Je trouve symboliquement joli de pouvoir, au moment des retrouvailles entre les personnes, matar as saudades, c’est à dire tuer cet état nostalgique.

Il semble que je t’aime n’existe pas en japonais ou n’est pas usité. J’en prends pour preuve l’air emprunté d’un jeune Tokyoïte à qui j’ai demandé comment cela se traduisait. Voyant son hésitation j’ai reformulé ma question, espérant l’aider à trouver le mot ou l’expression plus facilement, et lui ai demandé ce qu’il disait à sa femme lorsqu’il voulait lui signifier qu’il l’aimait. Sa réponse a fusé: ¨Je lui offre des fleurs¨. Autant pour moi.

En Angleterre to be exclusive décrit le fait de ne fréquenter qu’une seule personne sur un plan romantique. Ce concept m’a été offert par un épisode de ¨Friends¨ il y a des années: un jeune homme demande à une jeune femme qu’il fréquente si elle veut être exclusive. De là à en tirer des conclusions hâtives sur les causes de l’importance primordiale du mariage de l’avis des peuples anglophones il n’y a qu’un pas, que je ne franchirai pas. Pas aujourd’hui du moins.

Tsundoku, en japonais, décrit un concept avec lequel tout amateur de livre est déjà familier: celui d’acheter et d’empiler des livres — que ce soit par terre, sur les tables, dans la bibliothèque, à côté de son lit — sans les lire.

Il y en a encore une pléiade, mais c’est l’heure de l’apéro et je me dois d’aller enseigner ce concept à nos amis Londoniens: les plus avertis d’entre eux croient qu’avoir un verre à la main avant le repas constitue un apéro en soi. Quelqu’un va devoir leur expliquer la dimension de l’ambiance et du moment partagé, sans parler de olives et des flûtes. Je me porte volontaire pour les dépayser.

Image: https://unsplash.com/search/photos/print?photo=ywqa9IZB-dU

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s