La voie de l’improbable

Il descend Regent street et scrute alentour, il n’est pas sûr de la localisation exacte de la boutique. Soudain il l’aperçoit. Elle est comme on lui l’a décrite, sans prétention, toute petite et écrasée entre deux enseignes de grandes marques. Il presse le pas. Une clochette tinte comme il referme la porte. L’assistant de la boutique se tient droit comme un I, comme s’il l’attendait.

¨Monsieur?¨

¨Je suis venu de l’autre bout de la ville parce qu’on m’a parlé de vos chemises. J’en ai aperçue une dans la vitrine, celle sur la gauche, couleur lila, je fais du 42, pouvez-vous me la montrer s’il vous plaît?¨

L’assistant sort de derrière son comptoir et s’approche de la vitrine intérieure. Il a l’air emprunté. D’un geste brusque il fait un quart de tour et sort pour mieux regarder la vitrine depuis dehors. Il revient, sort quelques chemises des rayonnages, se replace derrière le comptoir et répond:

¨Monsieur, voici les couleurs présentées en vitrines, dites-moi de laquelle il s’agit et je sortirai votre taille.¨

¨Merci mais vous m’avez sorti des chemises bleues et vertes, je ne vois pas celle qui me plaît, celle de couleur lila, dans le lot¨

¨Nous avons un beau bleu indigo qui se rapproche de la couleur lila.¨

¨Puisque je vous dis que celle qui me plaît est celle de couleur lila, pas quelque chose qui s’en rapproche. C’est pourtant clair, non?¨

¨Monsieur je regrette infiniment que vous ayez traversé la ville pour trouver une chemise lila chez nous. Nous ne faisons plus cette couleur depuis plusieurs années déjà. Par contre je peux vous proposer toutes sortes de bleu, vert et même rose si cela vous tentait.¨

¨Monsieur, si vous permettez j’ai vu la chemise que j’aimerais vous acheter dans la vitrine, la troisième depuis la gauche. Je vous demande si vous l’avez-vous dans ma taille ou si je dois aller me chercher une chemise ailleurs?¨

L’assistant hésite entre des excuses et une remise au point sur le thème palette de couleurs avec son client. Il opte pour la politesse et retourne diligemment devant la vitrine. Il compte à voix haute depuis la gauche puis se retourne d’un air condescendant:

¨Monsieur la troisème chemise depuis la gauche n’est pas couleur lila, elle est…¨

¨Monsieur, si vous voulez bien m’excuser mais la troisième chemise depuis la gauche est de couleur lila, lila blanc. Allez-vous me la vendre enfin?¨

———————

Je dédie cette histoire, que m’a raconté ma mamie Gigi, à la mémoire de tous les textes jamais écrits par des auteurs qui ont pensé mieux de ne pas partager leur vision blanche du lila, parce que la grande majorité le voit violet.

Et à tous ceux qui ne verront jamais que le lila violet, merci de nous laisser admirer la vie dans sa palette infinie de couleurs, à nous qui échappons le plus souvent au monde des certitudes.

Photo: https://unsplash.com/search/paint-brushes?photo=_Yc7OtfFn-0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s