Imparfait ou pa(r)fait?

Julien travaille sur son article de blog depuis quelques jours. Il se tâte, ne sait pas si c’est vraiment ça qu’il voulait dire. L’ordre de ses pensées ne lui convient pas, le choix des mots non plus.

Greg s’est réveillé avec un mal de crâne ce matin. C’est le jour de son rendez-vous avec ses lecteurs, c’est ce qu’il leur a promis en toutes lettres: un billet les premier et troisième jeudi du mois. A bien y réfléchir il se demande s’il ne devrait pas retirer cette promesse écrite qui le lie un peu plus qu’il ne lui est confortable. Une idée l’effleure, et s’il publiait quand il est inspiré, quand il en a envie?

Julien part faire un tour.

Greg n’a pas envie d’écrire.

Julien revient et s’y remet un peu. Cela ne vient toujours pas.

Après avoir rangé, nettoyé, tourné et retourné l’ordre de ses livres dans la bibliothèque – à défaut d’autre chose – Greg entend sonner midi. Il a faim et n’a rien dans son frigo. Il sort et rencontre un ami par hasard, c’est presque un soulagement. Ils sortent déjeuner. La discussion – plaisante – se prolonge.

Julien jette son billet dans la corbeille de son mac. Le petit bruit de papier mis en boule libère un soupir: il ne pouvait tout de même pas sortir un billet de blog aussi peu léché, ce n’est pas son genre.

La boule au ventre de Greg revient en force lorsqu’il regarde l’heure. 18h. Aïë. En plus ce soir il va manger chez ses parents. Le fond d’écran de son portable le fixe sans en démordre. Dans son regard insolent il lit ¨Do the work¨, une citation de Pressfield. Il paie, embrasse son ami et rentre chez lui, un peu dépité.

Julien a repris sa nouvelle, qu’il avait laissée de côté il y a quelques temps parce que ça ne sonnait pas juste, l’inspiration l’avait quitté. Là ça va mieux, il peut tranquillement reprendre l’histoire de Max là où il l’avait laissée. Il semble à nouveau être porté par l’inspiration.

Greg s’y met, il est 18h37 et il a rendez-vous à 19h. Il sera en retard, pas grave ses parents le connaissent bien puisque c’est eux qui l’ont fait – ils ne lui en voudront pas d’arriver une énième fois en retard.
19h20, son billet est posté. Il ne l’aime pas et l’a uniquement relu pour éradiquer les fautes d’orthographes, le reste ma foi il fera avec. Il renonce à faire la liste de toutes les choses qu’il n’aime pas dans son billet. Ce sera mieux une prochaine fois.

Julien ferme son ordinateur, le billet de blog a eu raison de lui mais il a pu terminer une première version de sa nouvelle. Il est content.

Comme chaque premier et troisième jeudi du mois, un petit peloton de fans – très discrets – se retrouve sur le blog de Greg pour lire son billet. Son blog les fait tour à tour rire, lever les yeux au ciel, appuyer sur le bouton ¨partage¨, et parfois leur serre le coeur. En gros son blog et ses billets leur font du bien.

Il est 21h, le lectorat de Greg a aimé. Son billet a été partagé plusieurs fois et il a obtenu plus de petits coeurs qu’aucun de ses billets jusqu’ici. Il se gratte la tête en avalant une tranche de bavarois aux framboises que sa mère lui a préparé avec amour.

¨Inspiration exists, but it has to find you working¨ – Pablo Picasso

Crédit d’image: Unsplash – Davide Ragusa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s